Les Quatre Saisons.

 

La belle est pensive face au temps qui fuit, caressant son corps, revenant sans cesse à la charge comme un amant insatisfait.

C’est cet air de Vivaldi qui susurre à son oreille…

 

Quand la nature s’éveille, mille senteurs de fleurs et mille bruits d’oiseaux l’assaillent.

Elle laisse alors le soleil déposer sur sa peau des caresses timides de lumière…

Comme elle aimerait que ce commencement dure éternellement !

 

Mais le temps revient, l’entraîne malgré elle …

 

Quand le soleil est maître dans le ciel, la terre est lourde et féconde…

La belle s’endort vaincue par la chaleur qui devient accablante l’enveloppant de torpeur.

Des insectes bruissent autour d’elle. Contemple-t-elle alors les blés mûrs, les fruits dorés sur les branches alanguies ?

 

Mais le temps revient, l’entraîne malgré elle…

 

Quand les premiers frimas l’enveloppent, la belle frissonne et sent la terre qui se couvre d’odeurs de mousse et d’arômes de

châtaignes.

Sa peau se pare d’or et d’écarlate, les feuilles dorées tourbillonnent au-dessus de sa couche.

Elle rêve de fouler de ses pieds nus les sentiers humides des sous bois.

 

Mais le temps revient, l’entraîne malgré elle…

 

Quand les premières neiges tombent, la belle espère des heures plus douces et en se couvrant de laine elle

affronte la caresse mordante du froid.

La lumière intime du soleil souligne alors la blancheur de ses courbes lui laissant un peu de répit pour rêver, dans le silence

des longues nuits étoilées.

 

Mais le temps revient, l’entraîne malgré elle…

 

– Nush 2019

  Texte Magali Shiva

 

 

Photographies et vidéos non libres de droits, veuillez me contacter pour tout renseignements.